Par  | 6 avril 2015

On a découvert qu’un composé végétal commun répare les lésions pulmonaires liées à la MPOC (maladie pulmonaire obstructive chronique).

lésions- pulmonaires

 

Étant donné les coûts élevés, à la fois directs et indirects, liés à la MPOC, il y a un besoin urgent de trouver de nouvelles approches pour traiter cette maladie, » a déclaré Avrum Spira, docteur en médecine, Msc, professeur de médecine au centre médical de l’Université de Boston. (1)

L’épidémie de la MPOC

La maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) désigne un ensemble de problèmes respiratoires graves dont la bronchite chronique, l’emphysème, la bronchectasie, et l’asthme. Mais les deux formes les plus courantes de la MPOC sont la bronchite chronique et l’emphysème. La MPOC est une maladie pulmonaire progressive et invalidante qui affecte la respiration, elle obstrue la circulation de l’air et endommage les tissus pulmonaires.

En France, la MPOC concerne 3 à 4 millions de personnes, soit 6 à 8 % de la population adulte.

C’est la 3e cause de mortalité en France. 100 000 personnes sont au stade de l’insuffisance respiratoire chronique. 16 000 personnes en meurent chaque année (Source : Ministère de la Santé, juillet 2005).
La bronchite chronique : Selon la clinique Mayo, la bronchite chronique est caractérisée par une inflammation chronique de la muqueuse des bronches, qui sont le principal véhicule pour transporter l’air dans (oxygène) et hors (CO2) des poumons. Les symptômes communs incluent : l’essoufflement (« dyspnée), l’épaississement et le rétrécissement de la muqueuse des voies respiratoires, une toux grasse et l’expectoration de sécrétions claires (blanchâtres ou transparentes), la respiration sifflante et la fatigue. Les infections pulmonaires sont fréquentes.

Emphysème : L’emphysème implique la destruction progressive des petits sacs d’air (alvéoles) situés à l’extrémité des plus petits passages d’air (bronchioles). Les alvéoles (petits sacs d’air des poumons) perdent leur élasticité. Les poumons se gonflent et parviennent plus difficilement à faire sortir l’air, entraînant ainsi des troubles respiratoires. Il est alors difficile pour l’oxygène de se rendre dans les poumons ce qui entraîne la dyspnée, la fatigue et une mort précoce.

Bronchectasie : La bronchectasie est une maladie pulmonaire chronique qui résulte de la lésion des bronches, ce qui entraîne une dilatation irréversible des bronches. Bien qu’elle puisse être une malformation congénitale, il s’agit le plus souvent d’une maladie « acquise » provoquée par une infection pulmonaire chronique ou répétitive.

Les bronches endommagées ne peuvent plus éliminer le mucus efficacement et s’enflamment. Elles finissent par ne plus éliminer le mucus. Le mucus s’accumule. Les bactéries indésirables se multiplient, conduisant à des infections chroniques, ce qui endommage encore plus les voies respiratoires et diminue le débit d’oxygène vers les organes vitaux. Les symptômes les plus communs comprennent l’inhalation d’acide de l’estomac qui a été régurgité dans l’œsophage, la fatigue, l’essoufflement… Pour voir la liste complète des symptômes cliquez ici http://www.gewichtsverlustinfo.com/bronchectasie-causes-symptomes-informations-avec-traitement/

Asthme : L’asthme est une maladie pulmonaire chronique qui provoque une inflammation des voies respiratoires. Les symptômes de l’asthme comprennent une respiration sifflante, une oppression respiratoire, un essoufflement, et une toux. L’asthme touche en France 3,5 millions de personnes, dont un tiers a moins de quinze ans. Environ sept personnes par jour meurent d’asthme malgré les traitements très efficaces. Au fil du temps, l’inflammation chronique peut détruire la couche superficielle des voies respiratoires.

Selon Hugh H. Window, docteur en médecine, professeur clinique agrégé d’immunologie à l’Université de Floride du Sud, « La couche superficielle agit comme une sorte de filtre, mais une fois qu’elle est partie, tous les polluants et les allergènes ont un accès direct aux poumons. »

Lésions pulmonaires: Causes de la MPOC, pronostic et gestion des maladies

La médecine conventionnelle croit que les causes les plus communes de la MPOC sont le tabagisme, les facteurs génétiques et les expositions environnementales à long terme à des produits chimiques, fumées, poussières, ou au travail.

Elle considère la MPOC comme incurable, progressive, irréversible et fatale. La plupart des médecins croient que les tissus pulmonaires ne peuvent pas se régénérer. Les soins palliatifs ou la gestion de la maladie est le traitement standard pour les patients atteints de MPOC. L’arrêt du tabac constitue un objectif de traitement primaire.

Les médicaments utilisés pour traiter les symptômes de la MPOC comprennent : des inhalateurs de produits chimiques toxiques, des stéroïdes dangereux (anti-inflammatoires), de l’oxygène, et des médicaments pour éliminer le mucus. Dans les cas extrêmes on a recours à des interventions chirurgicales dont des transplantations pulmonaires.

De nouvelles études révèlent que le tissu pulmonaire peut être régénéré

Les recherches effectuées par le Dr Gloria De Carlo Massaro et le Dr Donald Malssaro à l’École de médecine de l’Université de Georgetown, ont réussi à inverser l’emphysème chez des rats de laboratoire. Les chercheurs ont utilisé un dérivé de vitamine A : l’acide rétinoïque all-trans (ARAT).

Les douze jours d’injections quotidiennes d’ARAT ont permis aux souris de développer de nouvelles alvéoles saines. Le Dr Donald Massaro a déclaré, « Il semblerait que le traitement a régénéré la capacité du rat adulte à produire des alvéoles, les petits sacs d’air où l’oxygène et le dioxyde de carbone se déplacent entre les poumons et la circulation sanguine. La production d’alvéoles se termine normalement pendant l’enfance. »

Fait intéressant, une étude de 2003 publiée dans Journal of Nutrition (vols 130 et 133.) : « L’appauvrissement de la vitamine A provoqué par la fumée de cigarette est associé au développement de l’emphysème chez les rats » a démontré pourquoi le tabagisme est considéré comme la principale cause de l’emphysème.

Des études précédentes menées par le chercheur principal Richard C. Baybutt ont révélé que les rats nourris avec un régime alimentaire pauvre en vitamine A ont développé un emphysème. Dans la nouvelle étude de 2003, on a découvert que les rats exposés à la fumée de cigarette étaient devenus déficients en vitamine A. Un cancérogène commun présent dans les cigarettes appelé benzopyrène, avait déjà été associé à l’avitaminose A.

Lorsque les chercheurs ont soumis des rats au benzopyrène, cela a induit une carence en vitamine A. Baybutt a expliqué : « Quand la concentration de vitamine A dans les poumons était faible, le score d’emphysème était élevé. » Il a ajouté : « Donc, l’hypothèse est que les fumeurs développent un emphysème à cause d’une carence en vitamine A. »

Pour renforcer davantage le lien entre le tabagisme, l’avitaminose A et l’emphysème, Baybutt et son équipe ont donné une alimentation riche en vitamine A aux rats qui avaient des poumons endommagés. Le résultat a été pour le moins prometteur. « Nous avons vu que les zones de l’emphysème avaient bien diminué, » a-t-il déclaré.

Il pense qu’une carence en vitamine A peut être le coupable derrière l’emphysème et les cigarettes pourraient simplement servir de fil conducteur. Baybutt croit également qu’il y a un lien entre la carence en vitamine A et le cancer du poumon, car la vitamine A est connue pour avoir des propriétés anti-cancer.

Lésions pulmonaires: Autres essais cliniques

Selon un article paru en ligne, « Une « cure » de vitamine pour l’emphysème » : des scientifiques britanniques ont annoncé que l’acide rétinoïque couramment utilisé pour traiter l’acné inversait les poumons des souris endommagés par l’emphysème. En fait, cet article affirme que les essais cliniques avec l’homme ont commencé en Amérique.

Le professeur Malcolm Maden, du  Medical Research Centre for Developmental Neurobiology au King’s College, à Londres, a déclaré : « … vu les résultats assez spectaculaires. C’est potentiellement prometteur pour les personnes souffrant d’emphysème, et pour les bébés prématurés qui souffrent souvent de perte d’alvéoles à cause des traitements administrés pour stimuler la croissance pulmonaire. « Les chercheurs ont découvert que le composé stimulait la régénération des alvéoles. »

Bêta-carotène ou vitamine A

Le bêta-carotène est un type de caroténoïde. C’est un pigment présent dans les plantes qui aide à produire les couleurs vives de certains fruits et légumes, comme le melon et les carottes. Lorsqu’il est ingéré, l’organisme convertit le bêta-carotène en vitamine A (rétinol), que le corps peut ensuite utiliser à des fins diverses, ou peut simplement agir comme antioxydant pour piéger les radicaux libres.

La meilleure façon d’augmenter en toute sécurité les niveaux de vitamine A / bêta-carotène est en consommant des aliments riche en bêta-carotène. Les experts avertissent que de fortes doses ou même des doses assez élevées de suppléments de vitamine A de synthèse peuvent être dangereuses. Comme la vitamine A est une vitamine liposoluble, elle est stockée dans le foie et de fortes doses peuvent endommager le foie. La meilleure façon de garantir des niveaux suffisants de bêta-carotène ou de vitamine A est par votre alimentation et non par les pilules. De plus, plusieurs études ont révélé que les suppléments de bêta-carotène pourraient être mauvais pour le cœur et pourraient augmenter le risque de cancer.

La médecine autour d’une table de cuisine

Au lieu d’attendre le médicament miracle des grandes sociétés pharmaceutiques, avec des effets secondaires pour inverser l’inflammation du tissu pulmonaire, pourquoi ne pas faire votre propre remède de bêta-carotène à partir de votre alimentation? Voici la liste des 10 aliments les plus riches en bêta-carotène http://www.moncoachingminceur.com/dossier/les-10-aliments-les-plus-riches-en-beta-carotene-0113209.html#!popin_cookie/0/

L’Institut Linus Pauling recommande d’augmenter la biodisponibilité des aliments riches en caroténoïdes en les mangeant avec des matières grasses au moment des repas et / ou hacher, réduire en purée, et les faire cuire dans l’huile. Boire quotidiennement des jus de fruits et légumes riches en bêta-caroténoïdes frais biologiques peut être une méthode efficace et délicieuse pour augmenter les niveaux de bêta-carotène. Une tasse de carottes crues contient 9135 mg de bêta-carotène!

Sources:

[1] http://www.disabled-world.com/health/respiratory/emphysema.php#sthash.HAk86st9.dpuf

[2] http://www.nhlbi.nih.gov/health/health-topics/topics/brn/

[3] http://www.webmd.com/asthma/features/preventing-permanent-damage-quote

[4] http://www.nytimes.com/1997/05/28/us/in-animal-studies-vitamin-treatment-reverses-the-effects-of-emphysema.html

[5] http://jn.nutrition.org/content/133/8/2629.long

[6] http://www.dailymail.co.uk/health/article-204532/Vitamin-cure-emphysema.html#ixzz3G9ErDeDk

[7] http://www.prevention.com/vitamin-abeta-carotene

[8] http://www.prevention.com/vitamin-abeta-carotene

[8A] http://www.drweil.com/drw/u/ART03238/Beta-Carotene.html

[9] http://www.healthaliciousness.com/articles/natural-food-sources-of-beta-carotene.php

[10] http://lpi.oregonstate.edu/infocenter/phytochemicals/carotenoids/

À propos de Claire C.

J’ai rejoint http://espritsciencemetaphysiques.com/ en 2014. Plus le temps passe et plus ce qui se passe sur notre planète m’interpelle, j’ai donc voulu apporter ma contribution pour essayer de faire changer les choses. Depuis que je travaille pour Esprit Science Métaphysiques , j’ai eu de grands changements dans ma vie et j’espère pouvoir faire évoluer la conscience des autres.
Claire-C-auteur-2

Après MPOC : Découverte d’un composé végétal qui répare les lésions pulmonaires voir aussi

Claire C.