chemtrails-madness

Subject : Informations utiles sur la géo-ingénierie et les chemtrails

 

 

Alimentation dénaturée, sols morts dénués de vitamines et de minéraux indispensables.

 

 Les animaux malades, les vaccins, la pollution, les colorants, les émulsifiants, les stabilisants, la pollution électro-magnétique, les métaux lourds dans les amalgames dentaires, les vaccins les chemtrails et ce n' est pas fini, les OGM, l'aspartame dans les boissons lights, l' agriculture intensive et ses traitements chimiques que l' on retrouve dans l' eau !

A cette allure nos petits enfants ne vivront pas 80 ans etc etc...

 

"Il est temps de dire ça suffit"

GÉO-INGÉNIERIE/ MANIPULATIONS CLIMATIQUES CHEMTRAILS GESTION DU RAYONNEMENT SOLAIRE (SRM) GÉO-INGÉNIEIRIE PAR AÉROSOL STRATOSPHÉRIQUE (GAS) HAARP

MONTPELLIER 06 AOÛT 2014 08:56

GÉO-INGÉNIERIE OU MANIPULATION CLIMATIQUE :
La GEO-INGÉNIERIE désigne un ensemble de techniques de manipulation délibérée du climat.

Les têtes pensantes les plus illustres de cette pseudoscience, encore peu voire pas du tout connue du grand public, sont notamment DAVID KEITH ou KEN CALDEIRA.

Elle est financée et promue par des institutions telles que l’AMERICAN ASSOCIATION FOR THE ADVANCEMENT OF SCIENCE, la ROYAL SOCIETY de Londres, le COUNCIL ON FOREIGN RELATION ou encore la FONDATION BILL ET MELINDA GATES.

GESTION DU RAYONNEMENT SOLAIRE OU SOLAR RADIATION MANAGEMENT (SRM) :

La gestion du rayonnement solaire comprend diverses techniques visant à refléter ou détourner le retour du rayonnement solaire dans l’espace par le confectionnement d’un écran réfléchissant aux rayons solaires.

GÉO-INGÉNIERIE PAR AÉROSOL STRATOSPHÉRIQUE (GAS) :

Il s’agit de la pulvériser dans le ciel des particules réfléchissantes s’inspirant l’effet refroidissant induit par l'éruption du volcan Pinatubo en 1991.

CHEMTRAILS/CONTRAILS :

CONTRAIL CHEMTRAILS

AVANT

 

PENDANT

TR

APRÈS

CONTRAIL, terme découlant de la fusion du mot « condensation » et de « trails ».
Les traînées de condensation ou
CONTRAILS se forment dans des conditions atmosphériques spécifiques : au-dessus de 8000

mètres quand la température est en-dessous de 40° et une humidité non relative non inférieure à 70%.

Les traînées de condensation se dissipent en moyenne au bout d’une cinquantaine de secondes ou au maximum quelques minutes.

Il est donc peu probable que se forme une traînée de condensation dans une région équatoriale où l’air est chaud toute l’année.

En haute altitude l’air est très sec, les traînées de condensation y sont très rares.

Aujourd’hui les réacteurs d’avion de nouvelle génération Bypass ne doivent pas laisser des traînées : 20% d’air chaud passe à l’intérieur du réacteur et les 80% restant sont de l’air froid passant à l’extérieur du réacteur. La différence entre ces deux flux ne permet pas physiquement l’apparition de phénomène de condensation.1

Quand la traînée est courte et se rapidement, on entretien un anticyclone par pulvérisation de produits dispersants. JEAN-PIERRE CHALON, chercheur en météorologie, affirme qu’en dispersant du propane liquide, les nuages disparaissent.2 À l’inverse, quand la trainée est persistante puis s’étend, on utilise des produits hygroscopiques qui absorbe l’humidité (ex : sulfate de baryum) dans l’air et permettent la création de nuages. Ce sont les CHEMTRAILS.

Le mot CHEMTRAIL, résultant de la contraction de deux termes anglais, « chemical » (qui signifie chimique) et « trails » (traînées en français) est un terme issue de l’intitulé d’un cours d’un manuel de cours de l’US Air Force Academy.3

CHEMTRAIL désigne les longues traînées persistantes (traversant parfois le ciel) consécutives au passage de certains avions pouvant circuler à toutes les altitudes. Ces traînées s'effilochent en nuages fibreux. Quand le ciel est dégagé, il devient laiteux, nimbé d’un voile artificiel, persistant et blanchâtre. Lorsqu’il y a des nuages, ceux issus de ces traînées s’y mêlent et produisent, en quelques heures, des sortes de tubulures gris-violet, plus ou moins foncées, voire noires, en longues strates parallèles à l'horizon.

1 « Chemtrails, la guerre secrète » Rosario Marciano 2014, https://www.youtube.com/watch?v=bMg95m-oBPE 2 « Faire la pluie ou le beau temps, rêve ou réalité » Jean-Pierre CHALON 2011, Éditions Belin
3 https://chemtrailsplanet.files.wordpress.com/2013/03/chemtrails-chemistry-manual-usaf-academy-1999.pdf

Bon nombre de ces traînées salissent durablement le ciel et affectent la couleur des nuages. C’est au moment des levers et des couchers du Soleil que cela est le plus flagrant, les couleurs étant fortement accentuées, dans des ciels bariolés comme on n’en voyait jamais au 20e siècle.

Ces avions circulent de dehors des couloirs de circulation aérienne et beaucoup d’entre eux ne sont pas répertoriés par les radars.1 La majorité des avions laissant s’échapper ces traînées volent en dessous de 8000 mètres à une altitude réservée aux avions militaires et sont banalisés. En effet, si vous pouvez observer la forme d’un avion, c’est qu’il vole en-dessous de 8000 mètres.

Depuis l’an 2000, les avions civils sont tenus de voler au-dessus de cette altitude (auparavant 4.000 mètres).2

HAARP (HIGH FREQUENCY ACTIVE AURORAL RESEARCH PROGRAM) : HAARP est un programme étasunien scientifique et militaire de manipulation de l'ionosphère. Le site principal installé près de Gakona, en Alaska est composé de 180 antennes.
Il existe au moins cinq autres stations similaires dans le monde.

HAARP utilise les propriétés de l'ionosphère, une couche atmosphérique située à 270 Km d'altitude environ, possédant la propriété de réfléchir les ondes radio. Des fréquences sont émises en direction de l’ionosphère qui l’échauffe et la déforme créant une sorte de lentille ou miroir réfléchissant pour les ondes envoyées depuis la terre électromagnétique vers le sol. Les chemtrails entre autres, servent de corridor pour ces ondes électromagnétiques grâce à leur contenu en métaux.

La station de Gakona, malgré sa gigantesque puissance HF émise, ne sert qu'à amorcer dans l'ionosphère les conditions radio pour que d'autres stations,

1 http://www.flightradar24.com/ 2 http://chemtrail.jimdo.com/

bien plus puissantes et opérant dans d'autres gammes de fréquence, puissent utiliser le miroir ainsi créé pour atteindre instantanément une cible au sol, en vol ou dans l'espace, partout dans le monde.

ROSALIE BERTELLE, scientifique et consultante pour le parlement européen compare HAARP à un “four gigantesque qui peut entrainer une déchirure dans l’ionosphère et générer non seulement des trous, mais de grandes entailles dans la couche protectrice qui empêche les radiations mortelles de bombarder notre planète“. Pour elle la question ne se pose pas : “Ce sont les militaires qui ont détérioré le climat et la couche d’ozone“.

HAARP peut être utilisé en complémentarité avec les épandages de chemtrails afin de modifier le temps. Les particules métalliques tels que l'aluminium, de baryum et de strontium (composés principaux des chemtrails) augmentent la conductivité de l'atmosphère et permettent donc d'améliorer les performances de HAARP.

L’injection de fortes quantités d’énergie dans l’ionosphère a la capacité d’influencer la météorologie, provoquant des effets bénéfiques dans une région ou cauchemardesque dans une autre.

Dans les ANGES NE JOUENT PAS DE CETTE HAARP, DR NICK BEGICH1, médecin et écologiste de renommée internationale et JEANE MANNING, journaliste indépendante spécialisée dans les recherches sur les énergies non conventionnelles décrivent HAARP comme un système ayant plusieurs fonctions dont notamment celui de manipuler et de modifier le climat à l'échelle planétaire.

1 http://www.criirem.org/index.php?option=com_jresearch&controller=publications&task=show&id=1636Itemid%3D169&Itemid=169

LODÈVE
07 janvier 2013 16:48

FIN DES ANNEES 40 : Le mathématicien étasunien JOHN VON NEUMANN, en lien avec le Département de la Défense des États- Unis, débute ses recherches sur la manipulation climatique dans le cadre d’une « guerre de l’ombre » contre l’Empire soviétique, pour provoquer notamment des sécheresses susceptibles d’anéantir ses récoltes.

1947 : Le projet CIRRUS est le premier programme, de l’histoire « connu », d’ensemencement de nuages par General Electric, effectué dans un contexte militaire, en collaboration avec l’US Air Force. 255vols expérimentaux sont organisés pour l'ensemencement des nuages avec de la glace pilée, de la mousse carbonique et surtout l'iodure d'argent.

1950 : Création de l’ORGANISATION MONDIALE DE LA METEO (OMM), institution sous l’égide de l’ONU publiant des rapports et organisant des conférences où les intervenants de différents pays exposent leurs expériences de modification climatique et leurs résultats. Entre les années 50 et 80, plus d’une centaine programmes sont recensés tous les ans.

1957 : M. HENRI DESSENS, Directeur de l'observatoire du Puy de Dôme, annonce que pour la première fois de l'histoire, son équipe est parvenue à créer un nuage dans un ciel clair. L'expérience consistait à disperser depuis le sol 5 grammes d'iodure d'argent dans le ciel autour de l'observatoire. Quatorze heures plus tard 1000 tonnes de neige chutent sur un périmètre de 5 km. HENRI DESSENS affirmait que les étasuniens seront en mesure de contrôler la météo à partir des années 90.

1958 : Début des recherches sur la modification météo en Chine.

1959 : OPÉRATION PARAPLUIE au Canada. Le gouvernement fédéral entreprend une première d’une série d’expériences de production artificielle de pluie dans le Nord-Est de l’Ontario et dans le Nord-Ouest du Québec. En 1965, le ministre des Ressources naturelles du Québec ordonne de cesser toute activité de production artificielle de pluie dans la province. Cette production artificielle de pluie décline dans tout le Canada, pendant les années 60 et 70, bien que certains projets aient continué sporadiquement à Terre-Neuve, en Ontario et en Alberta.

1963 : Mise en pratique du projet STORM FURY, expérience d’ensemencement des nuages des cyclones tropicaux avec de l’iodure d'argent pour en diminuer l’intensité.

A PARTIR DE 1967 : Pendant la guerre du Vietnam, les militaires utilisaient conjointement l'épandage d'agent orange sur les récoltes et populations asiatiques et la modification du climat local au travers de programmes de type POPEYE, techniques d’ensemencement des nuages avec de l’iodure d’argent ayant pour objectif la

prolongation la saison des moussons et par voie de conséquence le blocage des voies d’approvisionnement ennemies le long de la route de Ho-Chi-Minh-Ville, Saigon à l’époque.

1975 : Le Professeur ALEXANDRE CHARLES KISS répertorie dans le volume 21 de l'Annuaire français de droit international "les modifications artificielles du temps" : il décrit différentes approches de la modification anthropique du climat. Il est donc possible en 1975 de dissiper des brouillards, stimuler des précipitations, modifier des ouragans, lutter contre la foudre...

1977 : La CONVENTION ENMOD1 est ratifiée par l’Assemblée générale des Nations Unies. Elle interdit « un usage militaire et toute autre forme d’utilisation hostile des techniques de modification environnementale ayant des effets étendus, durables ou graves. » Toutefois elle autorise les manipulations climatiques pour des raisons pacifiques ou de test.

Bien que le fond de la Convention ait été réaffirmé dans la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) signée au Sommet de la Terre à Rio en 1992, le débat sur la modification météorologique à des fins militaires est devenu un tabou.

Début des années 80 : Les autorités russes affirment être en mesure de pouvoir influencer la météo par l’intermédiaire du service d’hydrométéorologique et de surveillance de l’environnement de Russie, Roshydromet.

1993 : Installation de HAARP GOKONA en ALASKA, réseau d’antennes de forte puissance transmettant par ondes radios haute fréquence, d’énormes quantités d’énergie dans l’ionosphère (la couche supérieure de l’atmosphère) pouvant entre autres modifier le climat. D’autres stations HAARP voient le jour par la suite, la plupart situées autour de l’Arctique et une Antarctique, dans la zone étasunienne, seul endroit où l’on peut observer un recul de calotte glacière.

1996 : La même année marquant le début de la mise en fonction de HAARP, les premières observations de traînées d'avion « anormalement persistantes » commencent à se généraliser partout dans le monde. Le phénomène touche d’abord les pays du Commonwealth, puis ceux de l’OTAN et gagne ensuite les autres pays de façon progressive.2

1 http://www.un.org/french/documents/view_doc.asp?symbol=A/RES/31/72 2 etcgroup.org/geoengineering

En 1996 également, est publié le document « OWNING THE WEATHER IN 2025 »1 de l’US Air Force, document décrivant comment, en 2025, l’aviation américaine pourrait “maîtriser le climat”, en agissant notamment sur les pluies, les brouillards et les tempêtes pour une suprématie militaire et aéronautique.

2008 : Les autorités chinoises utilisent des techniques de manipulation climatique pour garantir un temps parfait pendant les jeux olympiques de Pékin.2
« Jamais lors des passages du CIO, ou même lorsque la flamme est arrivée à Pékin en avril, nous n’avons modifié la météo ... Mais nous devrons assurer le beau temps lors des cérémonies d’ouverture et de clôture des Jeux. » Zhang Qiang, la directrice du bureau de modification météorologique de Pékin.

9 septembre 2009 : Dans un communiqué de presse au cours des préambules du sommet de Copenhague, cinq économistes déclare que la géo-ingénierie du climat est considérée comme le moyen le moins coûteux pour résoudre le problème du réchauffement global, mais n’avance en aucun cas que l’utilisation d’un tel dispositif fût expérimenté dans les années antérieures.3

18 - 22 février 2010 : À la conférence de l’AAAS (American Association for Advancement of Science) à Asilomar, en Californie, on parle ouvertement d’épandre annuellement jusqu’à 20 millions de tonnes d’Aluminium et de soufre mais on nie la possibilité que les gouvernements seraient déjà en train d’en épandre.4

2010 : Le maire de Moscou propose de recourir l’hiver aux mêmes techniques utilisées lors des grandes célébrations nationales du 9 mai depuis 2010 afin d’empêcher les tempêtes de neige de fondre sur Moscou et économiser ainsi sur le déblaiement.5

18 21 août 2014 : Berlin accueille une conférence dont l’objet est de réfléchir sur l’organisation de la gouvernance mondiale du climat.6

1 http://le-ciel-nous-tombe-sur-la-tete.com/ftp/yannick/Fichiers-pdf/PDF-volumes/Owning-the-weather-french.pdf 2 http://jo.20minutes-blogs.fr/archive/2008/05/07/pekin-affirme-faire-la-pluie-et-le-beau-temps.html
3 http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/les-chemtrails-le-nuage-de-la-101050
4 https://www.youtube.com/watch?v=F58HbYTbKnU

5 http://jo.20minutes-blogs.fr/archive/2008/05/07/pekin-affirme-faire-la-pluie-et-le-beau-temps.html
6 http://www.cielvoile.fr/article-geo-ingenierie-au-coeur-de-l-orthodoxie-climatique-berlin-aout-2014-124451276.html

LIAUSSAN (34) 08 mars 2015 18:28

Quasi-quotidiennement, de jour comme de nuit, de quantités importantes de produits chimiques sont déversées dans l’atmosphère par des avions volant en dehors des couloirs de circulation aérienne.

Ces opérations d’épandages ont lieu malgré l’absence de tout débat public sur ce sujet, à l’insu de nous, citoyens, pourtant les premiers concernés et en dépit de ses conséquences écologiques et sanitaires particulièrement néfastes que l’on peut aisément deviner.

Au-delà de l’observation flagrante les jours d’épandages, les preuves de l’effectivité de la géo-ingénierie s’accumulent :

LES ANALYSES D’EAU ET DE SOL « PARLENT » :

Des analyses d’eau de pluie diligentées par des particuliers et effectuées par des laboratoires privés révèlent la présence particulièrement alarmante d’aluminium, de baryum ou de strontium (mais aussi magnésium, titane, manganèse, silice, virus, polymères synthétiques, nanoparticules).

Actuellement, les

En septembre 2011, des prélèvements d’air capturé à 8000 mètres d’altitude réalisé en vol par des scientifiques indépendants ont mis en évidence la présence d’ALUMINIUM et de BARYUM dans l’air, métaux qui ne devraient pas se trouver dans l’atmosphère, de surcroît à cette altitude.1

Voici quelques exemples d’analyses effectuées sur le territoire français :
En 2014, à
MISEREY SALINES, une commune du Doubs, une augmentation de 100% du niveau de strontium et 800%

d’aluminium ont été constatées entre deux analyses effectuées à intervalle de 6 mois.2

1 https://www.youtube.com/watch?v=f6w6ZijVfd0
2 http://www.acseipica.fr/echange-l-bernard-maire-miserey-salines-25/

organismes nationaux d’analyses de l’air et de l’eau ne mesurent pas les taux d’aluminium

mais aussi de baryum et de strontium de manière systématique et officielle.

En février 2015, la présence de BARYUM dans de l’eau de pluie récoltée en VENDÉE était telle que le résultat était exprimé non plus en microgrammes (comme dans des analyses effectuées en 2012 ou celles de 2014 de MISEREY SALINES) mais en milligrammes soit l’unité de mesure 1000 fois supérieur.1

Dans une lettre en date du 7 novembre 2014, l’ACSEPICA (Association Citoyenne Pour le Suivi l’Étude et l’Information sur les Programmes d’Intervention Climatique et Atmosphériques) a demandé à Ségolène ROYAL, Ministre de l’environnement «d’ordonner aux organismes accrédités par l’Etatpour ce faire (comme l’AIRAQ), ainsi qu’aux organismes de santé publique, l’analyse, la surveillance et la publication des taux d’aluminium, de baryum et de strontium dans l’atmosphère, les eaux de pluie et de consommation, voire les sols (en ce qui concerne le baryum). »2 À ce jour, cette demande reste sans réponse.

On peut relever une anecdote intéressante : pendant la réalisation du documentaire « Bye Bye Blue Sky », l’équipe de tournage a l’idée de consulter le site des marchés publics de la défense nationale et constate la mise en ligne d’un appel d’offre de la direction générale de l’armement pour 10 tonnes de sulfate de baryum. Quelques semaines plus tard, l’annonce qui s’était évaporée.

1 http://www.acseipica.fr/analyse-deau-de-pluie-en-vendee-fevrier-2015/ 2 http://www.acseipica.fr/lettre-segolene-royal-ministre-lecologie/

DES SCIENTIFIQUES LANCENT L’ALERTE :
LE RAPPORT CASE ORANGE est la première étude scientifique menée de manière indépendante par des experts de

l'aéronautique qui fait le point sur les épandages aériens.1

Il a été élaboré par une équipe d’experts qui ont estimé qu’il était temps de dévoiler au public les faits réels concernant ces traînées que l’on nomme « chemtrails ».

L’identité des auteurs n’est pas dévoilée mais toutes les données peuvent être contrôlées via les renvois en bas de page et toutes les affirmations sont étayées par des annexes détaillées.

Ce rapport prouve essentiellement et sans démenti possible que des épandages sont réellement effectués partout dans le monde, depuis de nombreuses années et mis en action par les Etats-Unis.

Case Orange a été présenté au Symposium International de Gand, organisé par le Belfort Group le 29 mai 2010

En Italie, GIORGIO PATTERA biologiste italien qui fut pendant 25 ans chef de service à l’hôpital de Parme, a étudié la composition de filaments tombés du ciel après le passage d’avions non identifiés.

Ces filaments se sont avérés être des polymères organiques non biologiques, de synthèse.2

Ces substances sont probablement les métaux lourds que le Professeur PATTERA a analysés dans l’eau de pluie et qui sont l’Aluminium, Baryum, Silice, Titane, Quartz

Toujours en Italie, le DR LUCA ZAMENGO a réalisé une série de tests suite à un épisode marquant dans la région de Venise.3 Les conclusions sont les suivantes :

1 http://rockastres.org/IMG/pdf/case_orange_1-99._def_doc.pdf
2 https://www.youtube.com/watch?v=nPn_zUU_jb8
3 http://le-ciel-nous-tombe-sur-la-tete.com/2014/06/filaments-tombes-du-ciel/

Les filaments qui sont visibles à l’œil nu sont constitués d’une multitude d’amas de fibres. L’enveloppe de ces fibres était autour des 100 nanomètres. Tous ces filaments sont principalement composés de carbone. Des fibres de silicone d’un diamètre autour du micron furent observées. D’autres particules d’aluminium, Calcium, Sodium et Fer furent détectées.

Aux Etats-Unis, une étude menée par plusieurs spécialistes dont les DR. HILDEGARDE STANINGER (scientifique et toxicologue industrielle du Massachusetts Institute of Technologies), MICHAEL WRIGHT, RAHIM KARJOO entre autres, démontre clairement le lien entre CHEMTRAILS et la MALADIE DES MORGELLONS. Plus de 120.000 américains et à présent des millions de personnes de par le monde en sont victimes. Mille nouveaux cas sont diagnostiqués chaque jour.1

La MALADIE DES MORGELLONS est caractérisés par des lésions cutanées s’apparentant à des fibres et/ou granules faisant irruption sous ou sur la peau. Les malades ont l'impression d'être envahis « par des insectes, des petites bêtes courant sous la peau». Des patients affectés mentionnent aussi des symptômes de fatigue invalidante et de “brouillard dans la tête” et/ou des problèmes pour fixer leur attention. Au début, cela ne touchait que les USA, le Canada et l'Australie, là où ont commencé les épandages, mais maintenant l'épidémie se développe en Europe, en Amérique latine, en Indonésie ... Les patients rapportent aussi une grande incidence (50%) de fibromyalgie, jointe à des douleurs et des troubles du sommeil. Les autres symptômes incluent une perte de cheveux, une baisse de la vision, des désordres neurologiques et une désintégration des dents en l’absence de caries ou de gingivite.”

D’après le DR. HILDEGARDE STANINGER qui a pu examiner des échantillons, les produits
répandus contiennent des
NANO-ROBOTS, issus de la NANOTECHNOLOGIE, qui sont associés à
de nombreux comp
osants (métaux, polystyrène, bactéries) pour « construire » une sorte de toile d’araignée (des fibres) á l’intérieur de l’organisme humain. C’est ce que ressentent ces malades qui décrivent le phénomène comme s’ils avaient des « insectes sous la peau », et c’est ce qui apparait lorsque la maladie se déclare : des fibres sortent par la peau provoquant des lésions qui ne guérissent pas.

Les fibres sortant de l’épiderme de ses patients étaient identiques à des échantillons prélevés qui lui étaient parvenus suite à une chute de filaments aéroportés en Italie.

1 https://www.youtube.com/watch?v=I9ylrEPt5XE

L’INSTITUT CARNICOM est l’un des plus avancés dans le domaine de la MALADIE DES MORGELLONS, il publie régulièrement de nouveaux travaux.1 On y apprend notamment que les fibres retrouvées dans le corps des malades sont vivantes et se développent lorsqu’elles sont placés en culture dans des bocaux.

ANALYTIKA est un laboratoire agréé auprès de la Cour d’Appel d’Aix-en-Provence, partenaire de l’ADEME et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

À la demande de particuliers ou de l‘association l’ACSEIPICA, le DR. BERNARD TAILLEZ y a analysé des filaments aéroportés récoltés sous contrôle d’huissier suite à

des épandages.2 Voici les résultats :

Ces « filaments aéroportés » sont des polymères organiques complexes, contenant des composants chimiques de synthèse. Les quatre échantillons étudiés contiennent plusieurs composés aromatiques toxiques synthétiques (phthalates) et trois d’entre eux contiennent du DEHP, un représentant de cette famille de produits chimiques particulièrement redouté à cause de ses propriétés de perturbateur endocrinien. Nous pensons que ces « filaments aéroportés » pourraient résulter de la recombinaison des substances rejetées en haute altitude dans l’atmosphère par les réacteurs d’aviation.

DES « INSIDERS » LANCENT L’ALERTE AUSSI
KRISTEN MEGHAN est une jeune retraitée qui a travaillé neuf ans pour l’armée étasunienne.

Alors chargée d’assurer la sécurité du personnel transportant certains produits chimiques, cette ingénieure a réalisé que ces produits étaient utilisés pour être épandus dans l’atmosphère.3

Elle témoigne des pressions subies après avoir commencé à questionner ses supérieurs sur la provenance et l'utilisation de tonnes d'oxyde d'aluminium et de baryum par l'US Air Force.

1 http://www.carnicominstitute.org/html/geoengineering.html
2 http://www.acseipica.fr/filaments-tombes-du-ciel-1er-rapport-analytika/
3 http://www.dailymotion.com/video/x1bsdu5_chemtrails-une-ex-militaire-temoigne-sur-la-geo-ingenierie-kristen-meghan-18-01- 2014_news

Un ingénieur aéronautique allemand prénommé JENS militant aujourd’hui dans une association en faveur de la paix déclare :

« Je travaillais sur la base militaire spéciale d’Oberpfaffenhofen où nous installions dans un avion un matériel destiné à effectuer des pulvérisations dans le ciel. Nous devions vider tout l’avion, installer les réservoirs, et effectuer tous les branchements. J’étais là en tant que civil sous contrôle militaire. Quand nous avons eu terminé, on nous a dit que c’était un test conduit par l’aéronautique et l’administration de l’espace allemand. Cet avion ainsi équipé était soi-disant destiné à voler devant un deuxième avion qui devrait prendre des mesures... Quelque chose comme : nous voulons seulement savoir comment les particules épandues se comportent et se propagent dans le ciel.

Après avoir terminé les installations, des gars de l’armée sont venus nous conseiller de mettre des combinaisons de protection pour tout le corps et des masques à gaz parce qu’ils allaient remplir les réservoirs avec des substances comme du sulfure d’aluminium et des oxydes de baryum, et aussi des polymères de nanoparticules hautement toxiques.

Scandalisé, je suis allé voir le représentant local du parti écologique, avec la preuve en main du fait que les populations allaient être traitées ni plus ni moins que comme des insectes nuisibles. Je lui ai dit que j’étais prêt à témoigner devant une commission d’enquête... Ce qui s’est passé ensuite, c’est que mon patron, trois jours plus tard, est venu me voir chez moi, et m’a dit : « Je suis désolé, mais je dois vous licencier. Je reçois tellement de pressions du haut de la hiérarchie que je ne peux plus tenir ».

Depuis, je ne peux absolument plus trouver de travail dans l’aéronautique. Je tiens à préciser que nous nous dirigeons vers une catastrophe écologique. Et à ceux qui ne me croient pas, s’il vous plait, venez voir et je vous montrerai la preuve de tout ce que j’avance. Je répète : je suis prêt à témoigner devant toute commission d’enquête.»1

ET LA SOCIÉTÉ CIVILE :

À l'été 2014 s’est tenue au conseil régional du Mont Shasta en Californie une audition réunissant des pilotes, scientifiques et docteurs dénonçant les programmes de gestion des radiations solaires et de la géo-ingénierie. À l’issue de cette réunion, la mise en place d’une enquête publique sur les chemtrails a été votée.2

1 http://colibris.ning.com/profiles/blogs/chemtrails-pulv-risation-de-nanoparticules-un-technicien-allemand?xg_source=activity 2 https://www.youtube.com/watch?v=ql2Vwh614kw

Le 25 juin 2014, des habitants excédés de Kingman, commune située à l’ouest de l’Arizona, et de ses environs, se sont réunis dans le cadre d’un forum organisé par la sénatrice pour demander solennellement la conduite d’une investigation publique concernant ce phénomène.1

LES BREUVETS DE GÉO-INGÉNIERIE :

À ce jour, on récence une quinzaine de brevets sur la modification du climat et l'épandage de matériaux dans l'atmosphère.2 Parmi ces brevets on peut trouver :

Une méthode pour modifier artificiellement le temps en ensemençant les nuages de pluie des orages avec des polymères aqueux entrelacés appropriés dont les droits ont été enregistrés le 13 novembre 2001.

Un brevet en date du 1er novembre 1994 décrivant une technique pour précipiter l'eau atmosphérique au moyen d'aérosols multi- composants.

Un brevet sur comment pour produire des cumulus du 31 mars 1987.

1 https://www.youtube.com/watch?v=IeqdFJphGT0 2 http://www.chemtrails-france.com/brevets/

PALAVAS-LES-FLOTS 08 février 2015 15:01

La luminosité a baissé de 30% en Europe occidentale entre 2008 et 2012.

De toute évidence, cela contrarie la photosynthèse des plantes permettant à la transformation du dioxyde de carbone en oxygène.

Il s’agit là d’une contradiction énorme alors que l’on essaye de nous présenter la gestion du rayonnement solaire comme un moyen de lutter contre le réchauffement climatique dont le CO2 serait responsable en se basant sur un raisonnement ultra-simpliste de l’effet refroidissant induit par l'éruption du volcan Pinatubo en 1991.

De surcroît le soufre mute en acide sulfurique lequel détruit la couche d’ozone.

Évidemment, les promoteurs de cette pseudoscience se gardent bien de se pencher sur la responsabilité des manipulations climatiques dans les bouleversements météorologiques que l’on peut constater aujourd’hui, manipulations en augmentation exponentielle depuis les années 90.

Comme les promoteurs des OGM ou géno-ingénierie, les défendeurs de la géo-ingénierie (qui sont parfois voire souvent les mêmes) ont trouvé la « vitrine » pour nous vendre cette pseudoscience comme quelque chose de bénéfique : la manipulation du climat est la solution au problème du réchauffement climatique.1

Evidemment les véritables enjeux sont tout autres, il est essentiellement question de :

CONTROLER LE CLIMAT, LES ETATS-UNIS AMBITIONNENT DE CONTROLER LE CLIMAT D’ICI 2025, CIVILEMENT ET MILITAIREMENT.2

« Toute la stratégie est décrite de manière très spécifique et concrète est décrite dans un document intitulé « A RECOMMANDED PROGRAMM, OWNIG THE WEATHER IN 2025 » émanant de l’US Air Force et publié en 1996 :

L’introduction de miroirs ionosphériques artificiels à partir de 2000 avec une nette hausse aux alentours de 2008.

1 http://tempsreel.nouvelobs.com/sciences/20150211.OBS2204/des-nuages-artificiels-pour-sauver-la-terre-du-rechauffement- climatique.html
2 http://le-ciel-nous-tombe-sur-la-tete.com/ftp/yannick/Fichiers-pdf/PDF-volumes/Owning-the-weather-french.pdf

L'on peut supposer que le système HAARP sera complètement opérationnel à partir de 2015.

L’emploi de produits chimiques pour ensemencer l’atmosphère à partir de 2000 pour obtenir ainsi un « Weather Force Support » en 2015 et obtenir un climat virtuellement, complétement contrôlable en 2025 !
Il est évident que tous les avions militaires des États-
Unis et de l’OTAN ne sont pas en nombre suffisant pour atteindre ces objectifs, l’aviation civile doit être intégrée pour réussir ce projet.

L’introduction de « smart clouds » (nuages intelligents) par la nanotechnologie aux environs de 2004, avec un accroissement exponentiel après 2010.

Une application toute particulière est la présentation du « carbon black dust » (poussière carbone noir), une technologie qui doit être développée par le Ministère de la Défense à partir de 2005.

Ce document contient un démenti, qui déclare que ce texte n’est pas une traduction des instances officielles comme la US Air Force, le DOD, ou le Gouvernement.»1

1 https://docs.google.com/document/edit?id=1kAe_Yt-F5mXNdW_G9wiDZ3wM8hBGZ0FpHwjVRcX_1PE&hl=fr&pli=1

Dans le rapport de l'US Air Force "OWNING THE WEATHER IN 2025" les rédacteurs du document préconisent l'utilisation de nanoparticules et de capteurs de telle sorte qu’une fois à l'intérieur de nous-même faire de notre corps une partie intégrante du système de communication global, autrement dit nous transformer en antenne émettrice ou réceptrice.

Le climat est côté en bourse.1

Les banques spéculent sur le temps, les marchés annuels représentent des dizaines de milliards de dollars. Des produits dérivés climatiques concernent aussi les capitales européennes.

Fera-t-il chaud ou froid sur Paris en mai 2016 ? Les paris sont ouverts!2

MODIFIER LA COMPOSITION DES SOLS EN LES RENDANT PLUS FAVORABLES AUX DÉVELOPPEMENT DES SEMENCES GÉNÉTIQUEMENT MODIFIÉES.3

« Dans son brevet obtenu en 2010 (no. 7 ̇851 ̇676) intitulé “Stress tolerant plants and methods thereof, la firme agroalimentaire Monsanto a obtenu la mainmise sur la technologie permettant à des plantes transgéniques de résister à des stress abiotiques (i.e. : impropres à la vie !) permettant la croissance et/ou la germination améliorée dans le froid, la sécheresse, les inondations, la chaleur, les ultraviolets, l’ozone, les pluies acides, la pollution, les sols salins, les métaux lourds et autres stress. La revendication 7 du brevet comprend le maïs, le coton, le blé, le soja, le riz et le colza. Toute une liste de plantes, pratiquement tout ce qui se mange, est comprise dans le même processus (note 1). Ce brevet confère à Monsanto des revendications qui vont bien au-delà de celles qui ont été obtenues par le Ministère de l’agriculture des Etats-Unis et le Département de la recherche agricole du Brésil pour la résistance du sorgho à l’aluminium, valable pour des sols plutôt acides (tandis que celui de Monsanto est valable pour des sols également basiques).»4

FAVORISER LA CONDUCTIVITÉ DE L’ATMOSPHÈRE POUR DIVERSES MOTIVATIONS, MILITAIRES OU TECHNOLOGIES DE TÉLÉCOMMUNICATION NOTAMMENT

1 http://www.lefigaro.fr/marches/2008/08/18/04003-20080818ARTFIG00506-comment-le-climat-est-cote-en-bourse-.php 2 http://soleil-levant.org/?id_article=1070
3 http://www.freepatentsonline.com/7851676.pdf
4 http://blog.kokopelli-semences.fr/2014/12/nous-ne-sommes-pas-tombes-de-la-derniere-pluie/

CASTELNAU-LE-LEZ 17 octobre 2014 15:14

Nous pouvons informer, lancer l’alerte autour de nous (famille, amis, voisins, médecins ...), le meilleur conseil à donner et SOYEZ CURIEUX et FAITES-VOUS VOTRE OPINION SUR LA BASE DES PREUVES EXISTANTES.

Nous pouvons tracter (nos propres imprimés ou ceux rédigés par des associations dénonçant la géo-ingénierie) et sensibiliser en particulier certaines catégories de profession comme le corps médical ou les agriculteurs.

Nous pouvons signer la pétition demandant l’arrêt des épandages de géo-ingénierie. Nous pouvons nous rapprocher des associations qui luttent contre la géo-ingénierie :

L’ASSOCIATION CITOYENNE POUR LE SUIVI, L’ÉTUDE ET L’INFORMATION SUR LES PROGRAMMES D’INTERVENTIONS CLIMATIQUES ET ATMOSPHERIQUES (ACSEIPICA) http://www.acseipica.fr/
acseipica@gmail.com

CIEL VOILÉ

http://www.cielvoile.fr/

LE CIEL NOUS TOMBE SUR LA TÊTE

http://le-ciel-nous-tombe-sur-la-tete.com/ contact@le-ciel-nous-tombe-sur-la-tete.com

CIEL PUR

http://cielpur.canalblog.com/

Nous pouvons interpeler la DGTA, les avions réalisant ces épandages devraient être clandestins ! comment se fait-il qu’ils soient autorisés à circuler ?

Nous pouvons interpeler les organismes publics chargés de mesurer la qualité de l’air, de l’eau et des sols. Pourquoi ne se préoccupent-ils pas de ce problème de santé publique ?

Nous pouvons interpeler nos élus. Ils ne bougeront que s’ils se sentent suffisamment soutenus.

À ce jour GÉRARD BAPT, député de Haute-Garonne, et JOËL GIRAUD, député des Hautes-Alpes ont réagi à l’assemblée nationale ou bien mais manque de soutien dans la population générale, leur voix n’a pas pu être suffisamment résonante.

NOUS SOMMES TRES PROCHE DU NOMBRE CRITIQUE ! LA PRISE DE CONSCIENCE PROGRESSE DE JOUR EN JOUR ET DE FAÇON EXPONENTIELLE.

À L’APPROCHE DU SOMMET SUR LE CLIMAT QUI AURA LIEU EN DÉCEMBRE DE CETTE ANNÉE, NOTRE DEVOIR EST DE LANCER L’ALERTE

EN DÉCEMBRE 2015, LES CONCEPTEURS, INSTIGATEURS ET PROMOTEURS DE CETTE PSEUDOSCIENCE ENTENDENT LA PRÉSENTER COMME UN MAL NÉCÉSSAIRE POUR RÉGLER LE PROBLÈME DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE À L’OCCASION DU SOMMET SUR LE CLIMAT DE PARIS PAR L’ADOPTION D’UNE LÉGISLATION SUR LA GEO-INGENIERIE.

CES EPANDAGES NE CONTINUENT QUE PARCE-QUE NOUS LES LAISSONS FAIRE !!!

NOUS POUVONS ARRÊTER CE QU’IL FAUT BIEN APPELER PAR CE NOM : UN BIOCIDE

Des nouveaux « nuages » chargés de produits chimiques et inconnus encore en l’an 2000 ont fait leur apparition dans les nouvelles nomenclatures1. En voici quelques exemples :

Altocumulus lenticularis Asperatus

Mammatus Cirrus radiatus

1 « Bye Bye Blue Sky » Patrick PASIN 2009 https://www.youtube.com/watch?v=dTxwDJ2ZDkk